22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 11:36

 

Je vais vous parler d’une recette de cuisine venue sans doute de la fin du moyen age ou du tout début de la renaissance, celle du Pet-de-nonne (1) un beignet soufflé et sucré de pâte à choux cuit dans une friture pas trop chaude. De nos jours, ces beignets sont traditionnellement consommés, particulièrement en période de carnaval, dans l’est de la France, en Belgique et en Allemagne. L’invention de la recette pourrait être attribuée aux chanoinesses de l’abbaye de Baume-les-Dames en Franche-Comté, connues pour leurs spécialités pâtissières, mais ce n’est pas la seule possibilité, on parle aussi de Marmoutier, célèbre pour sa cuisine ou même d’une origine romaine...  Mais étant un peu chauvin, je préfère la première proposition, surtout que c’est une nonne qui m’a donné la recette (preuve en image, hi hi)… Pour les gourmandes et gourmands en voici une recette adaptée à nos goûts, il y a de nombreuses variantes…

 

Pour une vingtaine de beignets, il faut : 150 grammes de farine, 60 grammes de beurre, 25 cl de lait, 45 grammes de sucre, 5 gr de sucre vanillé, 2 œufs, de l’huile à friture et un peu de sucre glace

 

Dans une casserole ajouter le lait, les 45 gr de sucre + le vanillé, le beurre en morceau. Faite chauffer le tout jusqu’à ce que le beurre soit complètement fondu. Ensuite, hors du feu, ajouter la farine en mélangeant délicatement afin de bien l'incorporer. Une fois fait, replacer sur le feu quelques minutes en mélangeant énergiquement de façon à dessécher la pâte. Verser ensuite la préparation dans un cul de poule, ajouter les œufs un à un en mélangeant vigoureusement entre chaque. Une fois obtenu une pâte bien lisse, a l’aide d’une cuillère à soupe, plonger des petites boules de pâte dans l'huile à 160°C environ, plusieurs suivant la taille de la casserole. Il faut compter environ 10 minutes par tournée, retourner régulièrement les boules, la couleur doit être caramel. Egoutter sur du papier absorbant et rouler dans le sucre glace, il ne reste plus qu’à déguster !

 

 (1) d’autres noms évocateurs : « beignet de vent », « beignet venteux », « soupir de nonne », « pet de putain », « pet de vieille »…

 

Une recette de cuisine de la fin du moyen age ou du début de la renaissance
Un délicieux beignet, le pet de nonne
Moyen age ou Renaissance, l'origine du pet de nonne est incertaine
Des délicieux "Pet de nonne" de la fin du moyen age

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 14:28

 

Petit arbuste très odorant, la rue officinale* connue depuis l’antiquité était très utilisée au moyen age pour ses propriétés médicinales. Hippocrate la recommandait comme anti-poison et contre la toux, elle est aussi citée dans le Capitulaire de Villis de Charlemagne, célèbre ouvrage qui recommandait la culture de nombreuses plantes et fruits. A la période médiévale elle est un des ingrédients du célèbre vinaigre des quatre voleurs sensé protéger de la peste.

 

A toute petite dose elle avait la réputation d’être tonique, stimulante et digestive, sans doute pour cela que quelques grands cuisiniers actuels en mettent encore une feuille dans certaines sauces qu’elle parfume agréablement… Attention, à forte dose elle est très dangereuse, les faiseuses d’anges l’utilisaient pour faire avorter. La plante est interdite aux femmes enceintes, à noter qu’on en trouvait souvent autour des cloîtres et des jardins de curé...

 

Comme elle avait réputation de donner bonne vue, les archers et arbalétriers l’utilisaient beaucoup en tisane, quelques brassées dans un chaudron que l’on laissait macérer plusieurs jours au soleil. Ils en buvaient abondamment ensuite, hélas à forte dose elle est très toxique, voir mortelle puisque quelques années plus tard beaucoup passaient de vie à trépas en se vidant de leur sang…  

 

On pensait qu’elle éloignait les mauvais esprits et protégeait des jeteurs de sorts, elle était donc une défense puissante contre les sorcières et entrait dans la composition de nombreux sortilèges. La tradition dit que les chats, les crapauds et les puces ne l’aiment pas. Peut être un moyen écologique de protéger votre jardin, mais attention, le contact avec les fleurs ou la tige peut provoquer une forte allergie sur la peau, cloques et démangeaisons durent longtemps, j’en sais quelque chose ! Pour résumer, je pense que c’est une plante a éviter, car dangereuse sous de nombreux aspects, j’en ai malgré tout une dans mon jardin, vous la voyez en illustration…

 

* Elle est connue également sous le nom d’herbe à la belle fille, herbe de grâce, rue fétide, péganion… et bien d’autres.

 

Au moyen age la rue était une plante médicinale très appréciée
Une plante de la pharmacopée médiévale, la rue

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 10:38

 

Il est amusant de découvrir sur des vieux registres médiévaux du XIII siècle, les prénoms en usage au moyen age. On en reconnaît certains, d’autres ont disparu ou n’ont plus la même orthographe. En tout cas si vous cherchez un ancien prénom original, nul doute que vous trouverez dans cette liste de quoi vous satisfaire !

 

Prénom masculin 

 

Adan, Alain, Aubertin, Baudoyn, Bernart, Bertaut, Estienne, Fédryc, François

Gautier, Gerbaut, Gile, Gilebert, Girart, Gracyen, Gringoire, Guillaume, Henri

Hugue, Jacques, Jaquemin, Jehan, Jourdain, Florent, Mahy, Michiel, Nicholas

Phelippe, Pierre, Quentin, Raoul, Renaut, Richart, Robert, Robin, Rogier, Rolant

Rufin, Sevestre, Symon, Thomas, Thoumas, Tybaut, Vivien

 

Prénom féminin 

 

Aaliz, Aales, Ade, Alison, Ameline, Amelot, Anès, Anesot, Aveline, Colète, Denyse

Edelinne, Edelot, Eremboure, Florie, Flourie, Geneviève, Germainne, Gilète

Grace, Guiote, Heloys, Jaqueline, Jehanne, Jehannete, Juliote, Maalot, Mabile

Mahent, Maheut, Marie, Margot, Marguerite, Marguerot, Nichole, Osane

Perronnele, Phelipote, Susane, Tyèce, Tyeceline, Tyfainne, Yolent, Ysabiau

 

A suivre…

 

d'autres articles sur les prénoms ICI

 

prénom nom moyen age médiéval danse clément bourreau morigane sorcière
Clément et Morigane, deux jolis prénoms du moyen âge

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2020 6 25 /01 /janvier /2020 13:49

 

Ils étaient nombreux les artisans au Moyen Age, ils pratiquaient de nombreux petits métiers, beaucoup ont disparu avec l’industrialisation ou ont été abandonné avec la disparition du besoin. Heureusement il en reste encore quelques uns qui ont traversé les siècles, ou depuis toujours par les Compagnons du devoir, le savoir faire se transmet de Maître à élève…

 

AGUILLIER : fabricant d'aiguilles

AILLIER : marchand d'ail ou de sauce à l'ail

Ameçonnéeur : fabricant d'hameçons et d'ustensiles pour la pêche.

ANELIER : fabricant d'anneaux

APPAREILLÉEUR : ouvrier qui trace le trait pour la coupe de la pierre

ATACHÉEUR : ouvrier qui fait les clous pour attacher les boucles, agrafes

AUMUCIER : ouvrier qui fait des aumusses (une espèce de capuchon fourré)

ANNÉEUR : ouvrier probablement préposé au mesurage des étoffes

AUQUETONNIER : ouvriers qui fait des hoquetons (une cuirasse en cotte de mailles)

AUTELLÉEUR : doit signifier fabricant d'autels.

AUMOSNIER : sans doute un fabricant d'aumônières

AVALÉEUR : Sans doute celui qui lançait les barques à l'eau

AVOCAT : ils sont juste plus nombreux à notre époque

AVENIER : marchand d'avoine

 

BAHURIER : fabricant de bahuts (espèce de coffres)

BALANCIER : fabricant de balances et de poids à peser

BALÉEUR : danseur

BARBIER : à l’époque un métier souvent exercé par des femmes

BARRILLIER : sorte de tonnelier, fabricant de barils

BATELIER : passeur, ou de conducteur de bateaux

BAUDRAIER : fait des courroies à ceindre pour faire des semelles

BAZENNIER : marchand ou apprêteur de peaux de mouton qu'on appelle basanes

BEDEL : anciennement bedeau, crieur public et huissier

BERCHIER : berger, nourrisseur de bestiaux

BILLARDIER : fabricant de billard de terre. L'ancien jeu de billes ou de billard consiste à pousser des billes sur la terre avec un instrument qu'on appelait billouer, billard ou quinque, et à faire passer ces billes sous un petit arceau

 

l'échoppe médiévale "Au fil des couleurs" que tenaient jadis deux de nos anciens membres...
Echoppe de teinture et filature médiévale

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2019 1 23 /12 /décembre /2019 13:23

 

La troupe médiévale des Compagnons de la Vouivre vous présente ses meilleurs vœux pour la nouvelle d’année. On vous souhaite un joyeux Noël et un excellent réveillon de nouvel an avec ceux que vous aimer. Amour, joie, prospérité, santé, pour vous et vos proches. J’ajoute une douce pensée pour ceux qui nous ont hélas quitté… et n’oubliez pas ces anciens proverbes

 

Premier janvier dans la gaieté amène une année de prospérité

 

Nouvel An avec sourire plein les dents
Joie et bonheur, 365 jours durant

 

Au premier de l’an, il faut faire deux crêpes pour avoir de l’argent

 

Les douze jours qui vont de Noël aux Rois, donnent le temps des douze mois

 

Noël au moyen age avec les compagnons de la Vouivre
La crèche médiévale

 

Partager cet article
Repost0

Rechercher

♦♦♦