6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 10:41

 

              Etant en mission pour notre commanderie Templière de Sainte -Eulalie, auprès de nos Frères Teutoniques, je traversais une superbe région située à l’est de notre belle France, l’Alsace.
              Me trouvant entre les villages d’Obernai et d’Ottrott, l’on m’indiqua une montagne émergeant d’un riche vignoble que l’on me désigna sous le nom d’ Odilienberg (Mt Ste Odile). Devant mon questionnement, l’on me fit savoir que ce haut lieu d’Alsace était connu depuis la plus haute antiquité, et que sur le chemin de cette cime sacrée s’étaient succédées de multiples foules : Celtes : bâtisseurs du fameux Mur Payen, long de dix Km, haut par endroit de 3 à 4 m. Légion Romaine : profitant du site fortifié par les Celtes, en avant poste, face aux Barbares Germains.
              Plus tard, à l’heure de mon récit, place forte du Dux Alsatia du moment : Adalric (Etichon) père d’Odile, notre héroïne.
              Hors donc nous nous trouvons aux alentours de l’an de grâce 660/662, sous les règnes cumulés de Childéric II en Austrasie (royaume de l’Est) et Clotaire III en neustrien (royaume de l’Ouest). Le Maire du Palais est alors Adalric (Alaric,Aldaric ou Etichon) tenant l’Alsace, une partie de la Bourgogne et de la Suisse. Le Dux se réjouit car il va être Père, souhaite un héritier mâle qui soutiendrait sa dynastie. Las, une fille naît, aveugle et quelque peu débile de surcroît. Le Dux furieux décide de supprimer cette fille qui déshonore sa race. Heureusement pour Odile, sa mère Bereswinde (nièce de St Leger et belle sœur de Childeric) cache l’enfant, la confie à une nourrice fidèle, laquelle élèvera Odile pendant douze ans. Dès lors, la jeune Odile partira pour le monastère de Palma ( Baume les Dames en Franche Comté).
              Ici commence le merveilleux : l’évêque Ehrhardt de Ratisbonne (oncle d’Odile) a un songe lui stipulant qu’il doit se rendre à Palma pour baptiser une jeune fille aveugle. Ehrhardt s’y rend donc,  accompagné de son frère Hydulphe, alors Abbé de Moyenmoutier en Suisse.  Les deux religieux baptisent alors Odilia (soleil de Dieu), laquelle retrouve la vue dès que le chrême lui touche les yeux. Miracle !!! Miracle qui immédiatement fit grand bruit dans la Chrétienté de l’époque. L’histoire venant aux oreilles d’Adalric, celui-ci entra dans une colère noire, à tel enseigne que lors du retour d’Odile accompagnée par un des ses frères,  Hugo (Hugues), ce dernier sera mis à mort par Adalric durant un accès de colère. Ce n’était d’ailleurs pas le premier, le Dux ayant auparavant fait assassiner Saint Germain, Abbé de Moutier (en suisse), lequel le gênait par ses prêches.
              Le Dux décide alors de marier sa fille Odile. Celle- ci s’enfuit, se réfugie  sur notre célèbre Mont, Adalric soudain dessillé accepte alors tout, et confie à sa fille l’Odilienberg où elle  édifiera  un couvent. Elle  sera alors la voix de l’Alsace, décidera de beaucoup de choses, introduira la « Laus Perennis », c'est-à-dire le chant des psaumes jour et nuit. Elle sera une grande bienfaitrice des pauvres gens et malades.  Elle gérera pour le moins trois couvents : Hohenbourg, Nidermunster et St Etienne où elle nommera  comme Abbesses trois des ses Nièces. Sa vie exemplaire en fera une Sainte vénérée par toute l’Alsace (elle en est d’ailleurs la Patronne). Et sera un jour enterrée au sein de son beau couvent tout en haut du célèbre  Mont Magique. L’on peut d’ailleurs encore de nos jour se recueillir sur sa tombe.
              J’ai plus haut nommé le Mont Sainte Odile « Mont Magique », en voici les raisons : l’on rencontre sur l’un de ses contreforts une source célèbre qui passe pour guérir les personnes qui en boivent ou qui se lavent les yeux. (Odile est d’ailleurs représentée en Abbesse tenant un livre ouvert sur lequel l’on voit deux yeux).
              Du temps de nos ancêtres Celtes, un collège de Druides officiait sur le Mont : grotte, menhir, dolmen, d’une façon assez similaire à ce qui se passait dans la forêt des Carnutes (Chartres). Le Mont Sainte Odile est un lieu profondément vibratoire qui a reçu le surnom de Mont Lumière : depuis plus de 3000 ans les foules s’y rencontrent et s’y croisent appliquant quelques préceptes célèbres : « tu n’élèveras  pas d’images sculptées  et tu ne prieras que dans les Temples par moi-même crées »
              Si il vous souhaitez connaître quelque peu l’âme de ce Haut Lieu, je vous engage à vous asseoir quelques instants à l’entrée du site au lieu dit : «  la Chapelle des Roches »  où quelques bancs vous attendent.
              Enfin et surtout je vous engage à vous rendre au moins une fois sur ce haut site historique, ne serait-ce que pour l’impression unique que vous ressentirez. Souvenez-vous, quelqu’un a dit un jour «  qu’il y avait des Lieux où souffle l’Esprit »  le Mont d’Odile en fait parti : foi de Templier.
 
 
 
Philippe le Templier
.
.
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 11:59

 

              On confond souvent la Toussaint (1 novembre) avec le jour des Morts (2 novembre). La fête du premier novembre trouve son origine dans l’ancienne fête Celtique de Samain. Passage de l’été à l’hiver, cette fête marquait le nouvel An pour les Celtes, le début de toutes choses, c’était aussi le jour de la communication entre les vivants et les morts. Elle était marquée par de nombreux festins, fêtes et rassemblements liturgiques. Notons qu’Halloween qui se fête le 31 octobre est une sorte de réveillon de la fête de Samain. Sous l’impulsion du Pape Grégoire IV, soucieux de remplacer cette pratique « païenne » (la fête des morts encore en usage) par un rite Chrétien (la fête de tous les Saints… à l’époque uniquement Catholique !) Louis le Pieux en 835 institua la fête de la Toussaint. Mais la « superstition populaire » ne disparut pas pour autant, et l’église dut se résoudre (au Xem siècle) à officialiser le deux novembre une fête des morts… 
 
Médiéval et Moyen-Âge vous propose quelques proverbes de la Toussaint (merci à notre Ami AnjAlain)
 
Novembre,
Toussaint le commande,
Saint André le voit descendre.
 
1er Novembre, La Toussaint
Quand d’octobre vient la fin,
Toussaint est au matin.
 
Le mois de novembre est malsain :
Il fait tousser dès Toussaint.
 
A la Toussaint
Manchons aux bras, gants aux mains.
 
De la Toussaint aux Avents,
Jamais trop de pluie ou de vent.
 
La Toussaint venue,
Laisse-là ta charrue.
 
A la Toussaint, les blés semés,
Et tous les fruits serrés (à l’abri).
 
Vent de Toussaint,
Terreur de marin.
 
A la Toussaint,
Le froid revient
Et met l’hiver en train.
 
A la Toussaint,
Commence l’été de la Saint Martin.
(Période pendant laquelle la température remonte)
 
Telle Toussaint, tel Noël,
Tel jour de Saint Michel,
Pâques au pareil.
.
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 13:03

 

             

.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 10:44

                         Je poste rapidement sur Médiéval et Moyen-Age cet article de Philippe le Templier, c'est a peu près tout ce que je peux me permettre de faire en ce moment, car je souffre encore beaucoup. Merci de votrre fidélité malgré tout. Moriganne passera en fin de semaine... Amitiés à tous et bisous les filles... 

 

 

                          Hui, (ce jour) Nous sommes réunis à l’Achoison (occasion)  de la Noël de l’An de Grâce 1145, alors que notre Second Grand Maître : Robert de Craon (grand Administrateur et Juriste éclairé),  couvre notre  Ordre d’Onnour (honneur) en Chérant (accueillir) et Semondant (inviter) au sein de notre Novel (nouveau) Temple, hors Paris de multiples et célèbres personnages. 

                         Ici, voici le Biau (beau) Roi de France Louis VII que l’on appellera le Jeune et sa Frisquetée Fame (élégante épouse) la Fors Joliette (belle)  Alienor au Fasset bien gonflé (corsage), laquelle présentement est fors entourée par un Rivage de Béjaunes (bande de jeunots au bec jaune, comme les oisillons) , hors ça tenante de l’Hoir (héritière) de la très riche et très belle Aquitaine. Tous deux étant déjà fors loin de leur Accordailles (fiançailles) au temps bénis de leur Jovence (jeunesse) en 1136, ce qui pourrait expliquer une certaine Grevance (douleur) au sein du Couple : la Dame serait-elle Bordelière (Débauchée) ?

                        Nous attendons et espérons également le Très grand et Très Haut Conrad III, Empereur du Saint Empire Romain Germanique  si les multiples conflits auxquels il doit faire face lui en laissent le temps, ce qui est moins certain. 

                        Il est question urgente de débattre de l’organisation d’une croisade nouvelle, le Roi de Jérusalem Baudouin III ayant de grandes difficultés à se maintenir en Terre Sainte, le Temple faisant comme toujours tout le travail, et arbitrant comme de coutume les sempiternelles querelles entre Poulains (né en Terre Sainte) et Nouvel Combattant à la Croix arrivant en Palestine souhaitant se tailler un Fief (terre et seigneurie). Tout ce Beau Monde et leur Arroir (équipage) esbaudissant le Badaud  (étonnant le public). 

                       Nous recevons également, l’Abbé Suger,  féal (fidèle) du roi louis et de son Défunct Père, celui que l’on surnommait affectueusement le Gros, l’Abbé Suger étant un des initiateurs de la rénovation de l’Abbaye de Saint Denis suivant le Nouvel Ordre qui redresse l’Homme face à la Divinité (Gothique),  Abbaye qui par ailleurs se trouve être la Nécropole de la lignée des Lys (Capétiens), poursuivant celle Oh combien fameuse des Crapauds aux Longues Chevelures (Régis Criniti ou Mérovingiens). 

                       Le Grand Personnage de l’Epoque arrive en toute simplicité, suivi par un fors parti de Donats (frère servant en habit civil) et de Moines Blancs (laine écrue et non teinte) :   il s’agit bien évidement  de Bernard, l’Abbé de Clairvaux,  dans la force de l’âge (55ans). Bernard étant connu comme  celui dont la voix porte et résonne jusqu’à Rome :  l’on dit même que les Papes l’écoutent et le craignent. 

                      L’on avait également pressenti sa Sainteté Eugène II, lequel nous fit répondre qu’il ne pouvait venir céans étant occupé par ailleurs…Bast, ne Mécroiyons rien (soupçonner)! De toute façon Bernard est présent, et lui seul compte.. 

                     Et bien sur, nous autre Milites (chevaliers) sommes tous là, arborant notre Novel Cotte et Manteau frappé de notre célèbre Croix Pattée couleur Sang que nous sommes autorisés à porter depuis 1139, et nous ne sommes pas peu fiers de ressembler aux compagnons de Bernard de Clairvaux, nos Frères en Religion. Pour mon compte personnel, en tant que Commandeur de Sainte Eulalie  j’ai l’Honneur de remplacer le Gonfanonier (porteur du Beaucean, emblème noir et blanc  du Temple) et de ce fait je me trouve très prêt du Grand Maître où je peux tout entendre… 

                Pour cette belle journée, l’Ordre n’est pas Chiche-face (avare) de moults Pigous (chandeliers) afin que tous puissent se cognoistre  (reconnaître)  dans l’Emeuvement  (agitation) générale. 

               Les Parlements à Fiance  (conversation en toute confiance) peuvent commencer Orains (immédiatement) en la  présence de Latiniers (interprètes) auprès de la Font de Clairet (fontaine de vin). Ici nulle Vilonie possible (félonie), nous sommes entre gens de belle compagnie, les Godons étant  absents (Anglais). 

              Les Assents font notre joy (les odeurs nous enchantent) et Oil , (oui) s’il plait à Dieu ni Mire (médecin) ni Mauparlier (médisant) ne sauraient faire Apenser (réfléchir) à autre chose qu’à la Repaissance (repas) entre Tous. Néanmoins, il est difficile de placer toute personne suivant leur Rang et suivant leur arrivée, nous devons Barater (ruser), ce qui nous fait un excellent entraînement pour notre mission  auprès du Soudan (Sultan), et autre Emir (chef militaire), pour ce faire, nous devons Assouager (calmer) toutes ces fiers personnages  dont certains Babillent (parler pour ne rien dire), surtout au sein du Barnage (ensemble des Barons du Roi). Le Bouteiller (échanson) passe et repasse auprès des tables tandis que les  Compaing (amis) partagent le même tranchoir (assiette de pain) où bonne viande baigne dans bonne sauce. 

               Cette journée est mémorable, mais politiquement qu’en sera-t-il ? Bernard prêchera t’il une nouvelle croisade ? L’Empereur se rendra t’il en Terre Sainte ? Le couple royal de la Doulce France perdurera t’il ? Alienor pourra t’elle s’assagir ? Que fait son oncle de Troubadour auprès d’elle ? Le Roi Louis saura t’il être moins froid et moins bigaut ? Que fera notre Ordre Templier ? Beaucoup de questions dont les réponses peuvent changer l’Histoire : sans doute un jour  pourrais-je vous donner quelques éclaircissements. Si l’envie vous en prend. Faites le moi savoir, je ne manquerai pas de vous apporter la cognoissance (réponse) sur ces sujets suivant mes modestes talents… 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2006 5 06 /10 /octobre /2006 10:05

 

              Voici comme c’est la coutume sur Médiéval et Moyen-Âge (avec un peu de retard !) les proverbes et dictons d’Octobre. Un article rédigé par notre grand Ami AnjAlain

Octobre en bruine, 

Hiver en ruine... 

 

Octobre glacé, 

Fait vermine trépasser. 

 

Vent d’octobre est la mort des feuilles... 

 

Brouillards d’octobre et pluvieux novembre,

Font bon décembre.  

Brouillards d’octobre et pluie de novembre, 

Beaucoup de biens du ciel font descendre... 

 

En octobre, qui ne fume rien 

Ne récolte rien.  

Quand octobre prend fin,

Dans la cuve est le raisin...  

 

A la saint Rémi, 

La grande chaleur, fini.  

 

Beau temps à la Saint Denis (7 Octobre) 

Hiver pourri... !  

 

S’il pleut à la Saint Denis, 

La rivière sort neuf mois de son lit.  

A la Saint Luc (18 octobre) la pluie du vallon

Fait de la neige sur le mont...  

 

A la Saint Raphaël (24 octobre) 

La chaleur monte au ciel.  

A la saint Crépin (25 octobre) 

Les mouches voient leur fin.  

 

A la saint Simon (28 octobre)

L’éventail se repose... 

(Plus besoin de chasser les mouches !!)  

 

Quand Simon et Jude n’apportent pas la pluie, 

Elle n’arrive qu’à la Sainte Cécile.  

 

A la Sainte Simone (bisous !)

Il faut avoir rentré ses pommes...

Saint Narcisse (29 octobre) 

De sis à six. 

(Il fait nuit de 6 heures du soir à 6 heures du matin).

.

Partager cet article
Repost0

Rechercher

♦♦♦