31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 13:36

 

Maître Honorius et la troupe des Flambeaux de l’Allan vous souhaite une bonne et heureuse année 2015. Quelle vous apporte bonheur, amour et surtout santé … et aussi un peu d’argent pour entretenir tout cela … Bisous les filles !

Le lien vers un ancien article parlant de l’ancienne tradition du baiser sous le gui… ICI

 

Repost 0
Publié par Honorius - dans Les Infos
commenter cet article
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 10:34

 

Voila plus de trois ans tu nous quittais mon vieux compagnon, un vendredi 13, ultime pirouette de ton personnage aux Flambeaux de l’Allan, Philippe le Templier. J’aime à t’imaginer chevauchant un destrier blanc dans un autre plan de l’existence. Tu me manques… J’ai retrouvé un de tes écrits que je n’avais pas publié à l’époque, car plus contemporain, je le pose aujourd’hui sur Médiéval et Moyen Age. C’est :

 

« L’histoire des 47 Rônin »  

 

Nous sommes pendant l’hiver de 1702, au pays des hommes jaunes que vous nommez le Japon, et nous en notre temps Cipango. Il fait froid et nuit, mais dans les ténèbres, 47 Samouraï fortement armés et en armure se dirigent vers le Château de leur ennemi, dans le but de le prendre. Cette troupe n’est pas nombreuse, 47 hommes, mais quels hommes et de quelle trempe ? 

 

Tout a commencé près d’un an auparavant par l’envoi de l’ambassade annuelle que le 113 Mikado Higashiyama (Empereur, Gardien des Traditions) adressait au Shogun Tokugawa Tsunayoshi (Seigneur de la Guerre, grand Général), ambassade devant être reçue suivant les lois de l’honneur. 

 

Le Shogun désigna alors le Jeune Daimyô Asano Naganori pour cette mission de confiance et fort honorable. Le Daimyô voulant bien faire demanda conseil au Samouraï Kira Yoshinaka, Maître de Cérémonie du Shogun et le pria de bien vouloir le conseiller. Pour ce faire, il apporta un présent qui malheureusement ne convint pas à Kira, lequel insulta publiquement Asano, le poussant dans ses derniers retranchements tant et si bien que notre Daimyô blessa Kira de son sabre à la tête et au bras. 

 

Ceci était trop pour la loi du Shogunat, aussi le Shogun condamna le Daimyô à faire amende honorable par son suicide. Ce jugement était inique pour l’époque, car les deux parties auraient du faire l’objet d’un jugement (question d’honneur). Le Daimyô se suicida donc, ses biens furent confisqués et sa famille traînée dans le déshonneur, perdit tous ses titres. Les Samouraï se trouvant sans maître devinrent des Rônin (errants, sans emploi).

 

Fortement blessés dans leur fidélité et leur honneur, 47 Rônin sous les ordres de leur chef Oishi, attendirent plusieurs mois le moment favorable se faisant passer pour des hommes déchus et dépravés. 

 

En décembre 1702, nos héros attaquèrent et prirent le château du Maître de Cérémonie Kira, et l’ayant fait prisonnier lui proposèrent une mort dans l’honneur (Voie du Samouraï, ou Bushidô),  Kira refusa en tremblant, alors nos Rônin le décapitèrent au sabre, lavèrent sa tête dans le puits du Château et la déposèrent sur la tombe de leur bien aimé Daimyô en signe de fidélité même au-delà de la mort. 

 

Un des 47 se rendit auprès des autres Samouraï du Daimyô et annonça l’accomplissement de la vengeance, tandis que les 46 autres se rendirent au Shogun, lequel malgré une évidente sympathie et le soutien du Peuple, les condamna tous au suicide. Nos guerriers s’exécutèrent de bonne grâce sur la tombe de leur maître bien aimé. Le Messager des 47 fut gracié et à sa mort il rejoignit ses camarades Rônin et son  Daimyô. 

 

Il semblerait qu’un des Samouraï n’ayant pas participé à l’expédition se suicida sur la tombe des 47, afin de mourir dans l’honneur. Quant à la famille du Daimyô elle retrouva ses titres et ses biens tandis que celle du Maître de Cérémonie fut spoliée. 

 

De nos jours encore, les tombes du Daimyô et des 47 Rônin font l’objet d’un culte, les Japonais appréciant tout particulièrement l’esprit chevaleresque et la fidélité des Rônin. Plusieurs récits furent tirés de cette histoire, en particulier : « Les 7 Samouraï », et plus tard « les 7 Mercenaires » bien que les évènements ne concordent pas, mais valorisant l’esprit du guerrier fidèle et désintéressé de l’époque. 

 

Ce code de l’honneur du Guerrier a hélas été troublé par les agissements durant la guerre avec la Russie, la Chine et la Seconde Guerre Mondiale, où le paroxysme fut atteint avec les attaques Kamikazes, ce qui en rien ne rappelait l’honneur des Rônin : mais qui sommes nous pour juger ? 

 

PHILIPPE LE TEMPLIER 

 

Repost 0
Publié par Honorius - dans Un peu d'histoire
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 14:10

                 

           Quelques manifestations pour meubler vos longues journées d’été.

 

Vous pouvez retrouver notre compagnie des Flambeaux de l’Allan les 21 et 22 juin à la grande Fête médiévale du château de Montby (25) Animations, musiques, banquet, nombreuses troupes… contact ICI 

 

fête medievale de Montby 2014

 

Nous serons également présent à la superbe fête médiévale à Rodemack les 28 et 29 juin. Ville magnifique que l’on nomme la petite Carcassonne… Troupes et animations de classe internationales, nombreuses échoppes, ripailles… Cela vaut le déplacement !  Contact ICI 

 

fête médiévale de Rodemack 2014

 

 

Pour me joindre au sujet de notre troupe médiévale ou simplement me contacter c’est ICI, je vous réponds rapidement  

 

Pour ceux qui aiment le vrai combat médiéval, il est organisé pour la première fois les 12 et 13 juillet prochains un évènement de combat médiéval dans le vieux château de Château-Thierry (Aisne). 

Plus de quarante combattants sont déjà inscrits pour participer aux mêlées et duels, ainsi qu'une quinzaine d'archers. L'évènement est aussi ouvert aux marchands qui souhaitent tenir un stand. L'entrée est gratuite pour tous les visiteurs. Contact ICI

 


Repost 0
Publié par Honorius - dans Les Infos
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:37

 

Ce n’est pas trop dans mon habitude de passer de la pub sur Médiéval et Moyen Age, mais comme on dit, une fois n’est pas coutume. 

Une petite librairie en ligne ou l’on trouve des livres intéressants sur les mystères, les templiers… Une pensée en passant pour notre Templier parti au paradis des Templiers et qui me manque…

Librairie  Odyssée

On me signale aussi ceci, cela peut être intéressant à voir 

« Dans le cadre des commémorations nationales du huit centenaire de la naissance de saint Louis, l’association Oriflamme organise une grande procession à Paris, le samedi 17 mai 2014.
La troupe des chevaliers Teutonniques et les ensembles musicaux la Fanfare Royale d'Hanzinne (Belgique) et le choeur Montjoie Saint Denis accompagneront  la procession qui partira à 13h30 de l’église Saint Eugène (Paris 9ème) vers la cathédrale Notre-Dame de Paris, pour une ostension de la Sainte Couronne d’épines et des reliques de saint Louis. »

 

Tract-saint-Louis-2

 

Repost 0
Publié par Honorius - dans Les Infos
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 10:39

 

Voici la suite du vocabulaire ancien et médiéval, on y retrouve quelques mots connus qui ont souvent changé de sens et d’autres qui sont totalement tombés dans l’oubli. Régalez vous… et pardon aux gentes Dames et Damoiselles ! J’en profite également pour vous souhaiter une bonne fin d’année et de joyeuses fêtes de Noël.

 

Au Féminin

 

Caïette : une bavarde

Caraudes : Sorcière

Carine : pleureuse

Cautelée : femme pleine d’artifices et de ruses

Clergeresse : femme savante

Colinette : Nicole, nom de femme

Courieuse : coureuse, femme qui se prostitue au premier venu

Cruche : femme !  

 

Sur la mode

 

Caban : manteau pour la pluie

Capeline : chapeau de femme

Cauces ou Cauches : culottes

Cauche : sorte de chausses ou souliers

Ceste : ceinture de femme

Chétron : petite layette

Clame ou Clamone : manteau de Pèlerins

Clamys : vêtement militaire ancien

Coquille : ancienne coiffure de femme qui a donné son nom à Paris à la rue Coquilière, parce que c’est dans cet endroit qu’on l’a inventé

Courtibaut : une tunique

 

 

Sur les animaux

 

Cabril : chevreau

Cadeu : Cadeau ou chien nouvellement né

Chastron : mouton, on les nommait aussi castri ou chastris en 1300

Chevecaille :monture, cheval, âne

Cheveche : chouette

Cierve : biche

Clocheman : mouton qui conduit le troupeau

Clouque : poule qui glousse

Connillet : jeune lapin

Connit : lapin de garenne

Coquerico : chant du coq

Corbel : corbeau

Coulomb : pigeon

 

Sur la nourriture

 

Carbonade : ragoût de gueux en usage dans toute la Gascogne et la Provence, fait avec des oignons, de l’ail et des restes de viande.

Carciofe : artichaut

Cassole : grande terrine plate ou jatte de terre, dans laquelle les paysans pauvres faisaient un ragoût avec des oignons, des citrouilles, des concombres et de la farine

Castagniou : Châtaigne, marron

Cavial : Ragoût fait avec des œufs d’esturgeon

Chaudeau : bouillon qu’on donnait aux nouveaux mariés en 1200

Choine : pain blanc

Glosses : coques de noix, noyaux d’olives

Conque : sorte de vase pour boire

Consaut : conserve

Crequier : prunier sauvage

Culule : grande coupe à boire

 

 

 

(Tiré du dictionnaire du vieux langage François de M. Lacombe 1766)

Repost 0
Publié par Honorius - dans Les mots anciens
commenter cet article

Rechercher

♦♦♦