21 avril 2021 3 21 /04 /avril /2021 11:21

.

Bien avant l’antiquité, les Hommes ont découvert la possibilité de faire cailler le lait et d’en faire un fromage pour le conserver. Au Moyen-Âge, on trouve en Europe une grande variété de fromages. Ce sont les moines des monastères qui en ont perfectionné l’affinage, cependant s’est surtout dans les campagnes que ceux qui possédaient des vaches, des brebis ou des chèvres, transformaient le lait en fromage pour nourrir toute la famille ou pour le revendre sur les foires. Déjà à l’époque médiévale, chaque région avait ses spécialités fromagères.

 

En Normandie c’est au 12em siècle que le  Pont l’Evêque, connu à l’époque sous le nom d’Angelot, aurait été créé par des moines cisterciens. On retrouve dans les archives trace d’un fromage fait dans les grottes de Roquefort dès l’an 1070.

 

Les fromages de Franche Comté et de Suisse étaient déjà appréciés par les Romains. On trouve trace au 13em siècle de « fructeries» (*1) qui produisent des fromages dans le Doubs. Dans de nombreux manuscrits médiévaux on retrouve la trace de l’Emmental de Savoie, ce serait le plus ancien de cette appellation.

 

Vers le 7em siècle en Alsace près de Munster, des moines bénédictins s’installent et font un fromage pour nourrir la communauté. C’est aussi à la même époque que l’on trouve dans une ordonnance la trace d’un fromage du coté de Maroilles.

 

Pline l’Ancien (écrivain et naturalisme Romain du 1er siècle) cite dans un de ses écrits un fromage réputé venant de la région du Cantal…  

 

Au pays des 1000 fromages on a de quoi se régaler chaque jour de l’année avec une appellation différente. Si vous voulez approfondir le sujet vous pouvez vous procurer l’ouvrage de Français Robin « Le fromage pour le nuls » qui cerne bien le sujet.

 

Pour goûter des fromages au lait cru, confectionnés et pressés à la main selon les recommandations des manuscrits médiévaux, je ne peux que vous conseiller « Les Fromages de Clarmontine ». Pour les avoir goûté, ils sont divinement bons ! 

 

(*1) sans doute un regroupement de paysans, peut être l’ancêtre des coopératives

Images source BNF 

fromage moyen age médiéval monastère moine foire région province France compagnons vouivre
Les fromages du moyen age

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 10:38

 

Il est amusant de découvrir sur des vieux registres médiévaux du XIII siècle, les prénoms en usage au moyen age. On en reconnaît certains, d’autres ont disparu ou n’ont plus la même orthographe. En tout cas si vous cherchez un ancien prénom original, nul doute que vous trouverez dans cette liste de quoi vous satisfaire !

 

Prénom masculin 

 

Adan, Alain, Aubertin, Baudoyn, Bernart, Bertaut, Estienne, Fédryc, François

Gautier, Gerbaut, Gile, Gilebert, Girart, Gracyen, Gringoire, Guillaume, Henri

Hugue, Jacques, Jaquemin, Jehan, Jourdain, Florent, Mahy, Michiel, Nicholas

Phelippe, Pierre, Quentin, Raoul, Renaut, Richart, Robert, Robin, Rogier, Rolant

Rufin, Sevestre, Symon, Thomas, Thoumas, Tybaut, Vivien

 

Prénom féminin 

 

Aaliz, Aales, Ade, Alison, Ameline, Amelot, Anès, Anesot, Aveline, Colète, Denyse

Edelinne, Edelot, Eremboure, Florie, Flourie, Geneviève, Germainne, Gilète

Grace, Guiote, Heloys, Jaqueline, Jehanne, Jehannete, Juliote, Maalot, Mabile

Mahent, Maheut, Marie, Margot, Marguerite, Marguerot, Nichole, Osane

Perronnele, Phelipote, Susane, Tyèce, Tyeceline, Tyfainne, Yolent, Ysabiau

 

A suivre…

 

d'autres articles sur les prénoms ICI

 

prénom nom moyen age médiéval danse clément bourreau morigane sorcière
Clément et Morigane, deux jolis prénoms du moyen âge

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2020 6 25 /01 /janvier /2020 13:49

 

Ils étaient nombreux les artisans au Moyen Age, ils pratiquaient de nombreux petits métiers, beaucoup ont disparu avec l’industrialisation ou ont été abandonné avec la disparition du besoin. Heureusement il en reste encore quelques uns qui ont traversé les siècles, ou depuis toujours par les Compagnons du devoir, le savoir faire se transmet de Maître à élève…

 

AGUILLIER : fabricant d'aiguilles

AILLIER : marchand d'ail ou de sauce à l'ail

Ameçonnéeur : fabricant d'hameçons et d'ustensiles pour la pêche.

ANELIER : fabricant d'anneaux

APPAREILLÉEUR : ouvrier qui trace le trait pour la coupe de la pierre

ATACHÉEUR : ouvrier qui fait les clous pour attacher les boucles, agrafes

AUMUCIER : ouvrier qui fait des aumusses (une espèce de capuchon fourré)

ANNÉEUR : ouvrier probablement préposé au mesurage des étoffes

AUQUETONNIER : ouvriers qui fait des hoquetons (une cuirasse en cotte de mailles)

AUTELLÉEUR : doit signifier fabricant d'autels.

AUMOSNIER : sans doute un fabricant d'aumônières

AVALÉEUR : Sans doute celui qui lançait les barques à l'eau

AVOCAT : ils sont juste plus nombreux à notre époque

AVENIER : marchand d'avoine

 

BAHURIER : fabricant de bahuts (espèce de coffres)

BALANCIER : fabricant de balances et de poids à peser

BALÉEUR : danseur

BARBIER : à l’époque un métier souvent exercé par des femmes

BARRILLIER : sorte de tonnelier, fabricant de barils

BATELIER : passeur, ou de conducteur de bateaux

BAUDRAIER : fait des courroies à ceindre pour faire des semelles

BAZENNIER : marchand ou apprêteur de peaux de mouton qu'on appelle basanes

BEDEL : anciennement bedeau, crieur public et huissier

BERCHIER : berger, nourrisseur de bestiaux

BILLARDIER : fabricant de billard de terre. L'ancien jeu de billes ou de billard consiste à pousser des billes sur la terre avec un instrument qu'on appelait billouer, billard ou quinque, et à faire passer ces billes sous un petit arceau

 

l'échoppe médiévale "Au fil des couleurs" que tenaient jadis deux de nos anciens membres...
Echoppe de teinture et filature médiévale

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2018 6 31 /03 /mars /2018 17:33

 

Je remonte cet ancien article de médiéval et moyen age, très complet sur Pâques
 
 La coutume d’une fête célébrant le printemps (le renouveau… la résurrection de la nature ! ) remonte à l’antiquité (sans doute même avant) en passant par les Celtes et les Germains. La fête religieuse de Pâques, issue du Judaïsme, est sans doute la plus importante de la Chrétienté. C’est le Concile de Nicée au IVe siècle qui fixa pour toute la Chrétienté la date de Pâques au premier dimanche (jour de la résurrection du Christ) suivant la pleine lune du printemps. De nos jours il n’y a plus que les Catholiques et les Protestants qui suivent cette règle. Le carême (pénitence de 40 jours qui précède cette fête ou la consommation de la viande, des graisses et des œufs est interdite) apparaît au IIIe siècle, mais les conditions d’application s’adoucissent au fil des siècles. Au XIIIe siècle un repas (un seul par jour !) composé de poisson, pain, œufs, légumes, laitages est autorisé vers 15 heures (malades, jeunes enfants et par la suite pauvres et ouvriers exerçant un travail pénible en sont exemptés)
 
Au Moyen Age l’œuf est une importante source de protéine pour le peuple des villes et les paysans qui n’avaient pas beaucoup les moyens d’acheter de la viande, ni le droit de chasser. Au début du Moyen Âge la consommation d’œufs était cependant interdite (comme la viande) de 100 à 200 jours par an (suivant les régions) pendant les périodes fixées par le Clergé. C’est Charlemagne qui imposa dans un Capitulaire que les fermes impériales aient au moins cent poules, mais attention, sous le règne de l’Empereur, un baptisé surpris à consommer des œufs pendant le carême avait la tête coupée ! Il est amusant de constater que les Romains pendant les fêtes consacrées à Cérès, faisaient des gigantesques omelettes de… cent œufs ! 
 
C’est aussi au IVe siècle que l’église, pour fêter la résurrection du Christ, encourage le peuple et la noblesse à s’offrir des œufs (Notons cependant que cette tradition ou coutume d’offrir des œufs remonte bien avant l’ère Chrétienne, l’œuf est dans la poule et la poule est dans l’œuf... mystère de la création…) œufs que l’on conservait pendant les 40 jours du carême qui précède Pâques (et cela en fait beaucoup !) On prit alors l’habitude de les teindre (traditionnellement en rouge) puis de les décorer de différents motifs (soleil pour avoir le beau temps, épis pour de bonnes récoltes…) pour les offrir à sa belle, aux enfants ou à son seigneur. La noblesse du Moyen-Âge s’empara vite de cette coutume, un roi anglais du XIIIe siècle offrit même à chacun des membres de sa famille 450 œufs décorés à la feuille d’or ! On pratique encore cette tradition d’offrir des œufs teints dans nos campagnes, mais de nos jours les enfants préfèrent cependant trouver dans le jardin des œufs en chocolat…
 
 L’époque du Moyen Âge était pleine de superstitions en voici quelques-unes unes sur l’œuf « Un œuf de Pâques avec deux jaunes est signe de chance ou de fortune » «  Un œuf bénit et offert à Pâques éloigne la maladie » « Un œuf de Pâques planté dans une vigne le protège de la grêle » « Mangé le jour de Pâques, un œuf protège de la fièvre »… Mais attention de bien écraser finement la coquille une fois l’œuf de Pâques mangé, de peur que le diable n’y inscrive son nom !
 
La fin du carême est aussi l’occasion de manger l’agneau grillé. L’agneau (aussi symbole du Christ ressuscité pour les premiers Chrétiens) et la brebis sont le symbole de la pureté (le Diable lui-même qui peut se transformer en tout animal ne le peut jamais en brebis!) mais cela est une autre histoire… Joyeuse Pâques à toutes les femmes et les hommes de bonne volonté… 

 

Enluminure de la BNF (libre de droit) Jacob accroissant son troupeau. Bible historiale. Viard des Moulins. XVe siècle.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 10:15

 

Il est temps de rétablir quelques vérités historiques sur le moyen age, qui a duré quasiment un millénaire. Souvent on présente encore cette période comme un age sombre en colportant des contres vérités. Cela a commencé dès la renaissance pour s’accentuer dès le 18ème siècle... Rien de mieux que de noircir l’époque médiévale pour glorifier la république !

 

* Au moyen age les gens étaient sales et ne se lavaient pas

 

Faux !  On se lavait au moyen age, autant dans les villes que dans les campagnes. A Paris, héritage des romains, il y avait au moins 27 bains publics. Toutes les grandes villes en avaient… C’est à la renaissance qu’on les ferma, ils étaient devenus des lupanars, la propreté à partir de là commença à décliner… A la campagne, les rivières ne manquaient pas…

 

* Au moyen age le seigneur avait droit de cuissage sur les nouvelles épouses

 

Encore une fable, il n’y a aucune trace historique de cela, ni dans les écrits, ni dans les droits locaux. Mais une fois de plus quoi de mieux que de présenter le seigneur violant une pauvre fille devant son mari pour noircir la période et glorifier la sienne !

 

* Au moyen age les chevaliers partant aux croisades mettaient des ceintures de chasteté à leurs épouses

 

Faux ! Il n’y a aucune trace écrite de cela sur la période. Par contre à la renaissance, pour se protéger du viol, on commença à s’en servir. Très vite les maris jaloux s’emparèrent de la chose…

 

* Au moyen age on a connu la grande peur de l’an mille

 

Un beau mythe mais encore une invention des humanistes de la renaissance accentuée par la troisième république anticléricale. Quelques membres du clergés y ont peut être cru par rapport à certains versets de l’apocalypse de St Jean, par contre cela n’a pas été la traînée de poudre qu’on a voulu nous faire croire parmi le peuple. Qui dans le peuple avait conscience du changement de millénaire, personne ou presque. Par contre en l’an 2000… Qui a été les plus naïfs des modernes ou des anciens ? 

 

* Au moyen age on croyait que la terre était plate

 

Quelques illuminés sans doute, mais on savait depuis l’antiquité qu’elle était ronde. Si Galilée fût mis en procès c’est  surtout parce qu’il affirma que la terre tournait autour du soleil, alors que la religion affirmait le contraire. 

 

* Le moyen age a été une période morte pour la science et la technique

 

Faux bien entendu. Les inventions, innovations, redécouvertes d’anciennes techniques furent nombreuses. Pour n’en citer que quelques une : la boussole et de nouvelles techniques de navigation, de nombreuses innovations dans la  culture comme l’utilisation de nouvelles charrues, le fer à cheval, la brouette…Le développement des moulin a eau et à vent et toutes les applications qui en découlent, l’inventions des lunettes, la naissance de la chimie avec les alchimistes, l’eau de vie aussi grâce à eux ! Gutenberg qui est le premier a utiliser  une presse à imprimer avec de l’encre d’imprimerie. La création des universités, des foires, favorisant ainsi la connaissance et le commerce. On est bien loin convenez en du sombre tableau qu’on a voulu nous dépeindre.

 

Je ferai une suite à cet article, car il y a encore beaucoup à dire.

 

Le laboratoire de Maître Honorius, grand alchimiste du moyen age

 

Laboratoire d'alchimie. La fabrication par distillation de l'eau ardente (alcool)

Partager cet article
Repost0

Rechercher

♦♦♦