31 juillet 2005 7 31 /07 /juillet /2005 23:00

 

                                           Ce fut longtemps l'aliment fondamental de nos ancêtres. L'homme médiéval connaissait pratiquement toutes nos céréales : le millet, le mil, le panic au sud. L'orge est utilisé avant le blé. L'avoine servait de fourrage au bétail mais les Germaniques et les peuples pauvres (Irlande, Ecosse, Massif Central...) en consommaient beaucoup. Le seigle était à l'origine une mauvaise herbe se mêlant à l'orge et au blé. Le blé ou froment ayant une excellente panification éclipsa vite toutes les autres céréales. C'est la seule avec le riz sur les tables de la noblesse. L'épeaudre et le sarrasin furent aussi consommés. Le riz était importé d'Espagne ou d'Italie. La farine constituait au Moyen-Age un aliment incontournable pour la fabrication du pain. En campagne c'était un pain lourd à base de méteil (mélange de céréales) ou d'avoine, d'orge ou d'épeaudre : le "gris" pour le maître et le "noir" pour les valets (peut-être l'origine de "manger son pain noir" !). Le pain tranchoir servant d'assiette était fait de méteil et légèrement rassis. Le pain de froment (blanc et tendre) se trouvait chez les plus riches. En pays d'Oc on faisait aussi du pain de millet, le méteil se mélangeait aussi à la farine de châtaigne, de vesce ou de pois. De nos jours on redécouvre le goût du bon pain, et c'est pas plus mal !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
cela ne me dis rien du tout
Répondre
A
Mon dieu, ce texte est une véritable catastrophe et la preuve que sur Internet on peut trouver le meilleur, comme le pire ! Que ce soit dans le fond ou dans la forme !
Les germaniques : germanique est un adjectif. On dit le peuple germanique ou les germains.

« L'épeaudre et le sarrasin furent aussi consommés » : On peut commencer par écrire l’épauTre, ensuite l’épeautre disparaît de la consommation au Moyen Âge central, alors que le
sarrasin se démocratise dans le Massif armoricain qu’à partir du XVe / XVIe  siècle.

« l’homme médiéval » : l’Homme avec un H pour l’humanité. Ensuite, le Moyen Âge dure un millénaire. Vous englobez 1000 ans d’histoire de l’alimentation, des techniques et de
l’agriculture sous cette appellation. C’est comme comparer notre société avec celles de Louis IX, Henri IV, Napoléon et nos grands-parents.

Je pourrais développer encore plus, mais je n’ai ni le temps ni le courage…

ATTENTION : Ne surtout pas lire ce texte !!! Voici quelques références sur le sujet :

Françoise DESPORTES, Le Pain au Moyen Âge, Paris, France, O. Orban, 1987, vol. 1/, 228 p.

Steven Laurence KAPLAN, Le meilleur pain du monde : les boulangers de Paris au XVIIIe siècle, traduit par Pierre-Emmanuel DAUZAT, Paris, Fayard, coll. « Les Nouvelles études historiques », 1996,
vol. 1/, 766 p.

Alain BELMONT, La pierre à pain. Les carrières de meules de moulins en France, du Moyen Age à la révolution industrielle, Grenoble, Presses Universitaire de Grenoble, 2006, vol. 2/, 332 et 232
p.

Isabelle VOUETTE, Millet, panis, sarrasin, maïs et sorgho : les menus grains dans les systèmes agricoles anciens (France, milieu du XVIème siècle - milieu du XIXème siècle), Histoire, Université
Paris Diderot - Paris 7, 2008, 619 p.

Georges COMET, Le Paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, VIIIe - XVe siècle), Romme, Ecole française de Rome, 1992, 711 p.

Georges DUBY, Armand WALLON, Georges BERTRAND, Hugues NEVEUX, Maurice AGULHON et Michel GERVAIS, Histoire de la France rurale, Paris, Ed. du Seuil, coll. « Points », 1975, vol.4.

Jean-Jacques HEMARDINQUER, Pour une histoire de l’alimentation, Paris, A. Colin, 1970, 315 p.

Joëlle BURNOUF, Bruno LAURIOUX, Frans VERHAEGHE, terre ARCHEOLOGIE, ETABLISSEMENT NATIONAL D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR AGRONOMIQUE et CENTRE DE RECHERCHE ET D’ETUDE DU PATRIMOINE, La cuisine et la
table dans la France de la fin du Moyen Âge: contenus et contenants du XIVe au XVIe siècle, Caen, France, Publications du CRAHM, 2009, vol. 1/, 450 p.

Bruno LAURIOUX, Manger au Moyen Age: pratiques et discours alimentaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, France, Hachette littératures, coll. « Pluriel (Paris. 1982), ISSN 0296-2063 »,
2007, vol. 1/, 298 p.

Jean-Louis FLANDRIN et Massimo MONTANARI (dirs.), Histoire de l’alimentation, Paris, France, Fayard, 1996, vol. 1/, 915 p.

Jean-Marc MORICEAU, Terres mouvantes : les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation : 1150-1850 : essai historique, Paris, Fayard, 2002, 445 p.
Répondre
G
coucou gigi fais un petit coucou à tout le monde bisou bye bye
Répondre
T

Euh, en fait je doit faire un exposé sur la nourriture au moyen-age, et je suis allé ici,
je vais me servir de ces informations, mais j'espère que c'est fiable!


Répondre
H

Normalement oui c'est fiable !


J
merci de ta visite et aussi d'être vigilent!
A bientôt peut-être. je te felicite d'avoir attiré autant de monde sur un blog sur le Moyen âge...tu es trop fort. J'espère que tu vas un peu mieux. Jo
Répondre
H
merci pour vos coms, et Amitiés à vous tous
Répondre
A
beau blog
merci pour ton com
j'aime bien
Répondre
G
Mon fils qui n'a pourtant que 6 ans est fan de votre blog. Nous espérons pouvoir vous voir en vrai un jour. Merci de nous donner du rêve!
Répondre
C
Le pain c'est trop bon (j'ai travaillé dans une boulangerie...) et aussi les viennoiseries, les patisseries....
Répondre
C
Maiam tout ce pain !!! A quand une fournée spéciale Caline ? bisous Honorius...
Répondre
C
Mais euhhhhh arrête de me faire envie avec tes miches de pain lol
Bisous
Répondre
M
Honorius, faudra y penser à m'envoyer ton projet de design par mail, parce que dimanche je pars pour 2 semaines...
(le design est fait en une heure à peu près)
Répondre
E
miam moi j'aimerai bien celui tout a gauche la, au sesame. J'peux avoir du nutella dessus ?
Répondre
Z
envie d'1 bouit de se pain avec du beuure et un peu de chocolat mmmmmmmmmmmmm!!
zofie
Répondre
J
J'aime beaucoup fréquenter ton blog, il m'apprend beaucoup de choses sur mon pays et sur le moyen-âge.
Je vais essayer de garder ce texte.
Jubelle
Répondre
F
il ne manque plus que la confiture :0014:
Répondre
L
mes grands-parents étaient fermiers alors le pain, c'est une institution chez nous ... hum ... les bonnes tartines de pain de campagne grillées avec beurre et miel du pays ... enfin ça c'est quand je suis en vacances chez ma mère ....

bonne journée grand maitre

ps : j'aime le pain tressé ... bisouilles
Répondre
S
Que cela fleure bien les bonnes senteurs d'autrefois sans OGM.
Merci à Dame Hermine pour nous le rappeler !
Répondre
K
Maintenant oui, mais lorsque je t'ai demandé sur le forum, il était en .com, donc j'ai fais modifier votre site
Répondre
K
En effet jolie présentation du pain qui n'est pas facile :-) Il y en a des choses à dire sur le pain.
Répondre
S
En Charente Maritime on sert encore le Milla une espèce de pain de millet ou de maïs aussi parfumé pour le dessert.
On revient peu à peu aux anciennes saveurs.
Bises (aujourd'hui, pas d'opéra, un portrait chinois pour me détendre)
Répondre
P
Humm ca a l'air bon tout ça !
Répondre
M
V'la ti pas qui me donne faim lui ^_^
Répondre
A
Bonjour!merci pour le com j'adore le moyen age et ton blog est pas mal!!!.
Anthony
Répondre
T
Bravo pour ce blog ! Malgré un design pas très très original, les articles sont très interessants...

J'AI FAIM !!!!! ;-)
Répondre
D
Moi aussi ça me donne faim !
Répondre
A
Voilà un site vraiment intéressant!
Bonne continuation!!!!
Répondre
A
j'suis d'accord avec morticia! ;)
Répondre
M
ça donne faim tout ça :P
Répondre

Rechercher

♦♦♦