Mardi 28 avril 2009 2 28 /04 /Avr /2009 18:07

 

     Au Moyen Age, seigneurs et bourgeois pratiquent deux sortes de chasse : la chasse à courre et la volerie.
 

     La chasse à courre se pratique en repérant et en poursuivant un animal à cheval avec une meute de chiens. Quand la bête est cernée ou affaiblie, on la met à mort avec un épieu, une dague ou une lance : pour le sanglier l'arme utilisée est l'épée car plus noble, pour le cerf l'homme descend de son cheval. Cette chasse se pratique en forêt dans un espace délimité : surtout pour les cervidés et le sanglier. Au XV eme siècle, il y aura même tout un cérémonial social avec costumes de saison particuliers, mise à mort et dépeçage. Très onéreuse en personnels, chevaux et chiens elle restera l'apanage des plus riches car signe de puissance.

 

     Contrairement à la chasse à courre, la chasse au vol se pratique en terrain découvert et nous serait venue d'Asie Centrale. Elle concerne le gibier à plumes : perdrix, faisans, canards, grues, hérons, cygnes. Beaucoup plus statique que la chasse à courre, elle a lieu toute l'année sauf en période de mue. Les meilleures heures de chasse sont le matin et la fin de l'après-midi. Moins coûteuse que la chasse à courre elle est aussi ouverte aux femmes.

 

     Ces deux chasses exigent un personnel nombreux et expérimentés : veneurs, chasseurs, fauconniers, valets de chiens.

 

     Le veneur est choisi jeune vers 7 ans ; il devient valet vers 14 ans et à 20 il devient aide ; Un bon veneur doit savoir chasser, faire rentrer ses chiens sous bois. Il porte une tenue de cuir pour se protéger des épines et des ronces : verte pour le cerf, grise pour le sanglier), cor pendu au cou, épée pendante à gauche et couteau à dépecer. Il faut aussi citer le personnel chargé de la police de bois et protection du gibier : empêcher le braconnage. On utilise en général 2 races principales de chiens : ombriens et molosses, mais aussi dogues, lévriers et chiens courants.

 

     Pour la chasse au vol, on utilise les rapaces de haut vol et ceux de bas vol. Ceux de haut vol tels le faucon pèlerin, le gerfaut, l'émerillon, le hobereau chassent en terrain découvert. L'autour et l'épervier peuvent poursuivre le gibier sous le couvert. Cette chasse est surtout pratiquée dans le sud de la France. L'élevage et la reproduction des rapaces n'étant pas bien maîtrisés, on a recours à leur capture puis à un dressage long et délicat et jamais parfait. On lui coud les paupières, lui fixe des lanières de cuir aux pattes pour le début du dressage, puis on découd les paupières et on habitue l'oiseau à la lumière. On dresse ensuite l'oiseau à l'obéissance et la saisie des proies : utilisation de leurres.

 

     La chasse constituait un bon dérivatif à l'oisiveté, empêchait le chasseur de commettre les 7 pêchés capitaux et était autant profitable à l'âme qu'au corps. Mais le vrai mobile était le loisir, décrié par l'Eglise car éloignant le chasseur de l'office divin. On la considérait aussi comme un bon entraînement à la guerre...

 

Les références ne manquent pas sur la chasse au Moyen Age, voici deux ouvrages d'époque pour ceux qui voudraient approfondir le sujet... 

 

Le livre de la chasse du Roi Modus

Le livre de la chasse de Gaston Phébus

 

L'illustration est de la Bibliothèque Nationale de France

.

 

.

 

Ecrire un commentaire - Voir les 46 commentaires
Retour à l'accueil

Rechercher

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés