27 juillet 2005 3 27 /07 /juillet /2005 23:00

 

                             Les dés que les déciers ont fait

                         M'ont dépouillé de mes habits

                         Les dés m'occient

                         Les dés me guettent et m'épient

                         Cela m'accable.

                                                             Rutebeuf (XIIIe siècle)

                    Cet attrait des "geux de dez" a brisée la vie, la carrière ou délesté la fortune d'hommes illustres ou nobles. Il apparait que du soudard en campagne, jusqu'au plus grand seigneur, le jeu de dés a exercé au Moyen-Age une influence profonde. C'est un des jeux les plus anciens du monde, sûrement de racine orientale. Le dé médiéval (alea, decius, dez) est un peu différent du nôtre. Il ne comporte pas de chanfrein aux angles, donc il ne roule pas bien. En outre il est très petit (1 cm maximum) du fait de la matière utilisée (os, corne, bois, argile pour le gueux. Ivoire, argent, pierre, pâte de verre pour les riches). Le marquage des faces est identique au nôtre ( 2 faces opposées =7). Les dés étant difficile à fabriquer, chaque joueur possédait ses propres exemplaires. Le jeu se prête à nombre de tromperies du fait de la petitesse des pièces :

               " dez longuez" pour qu'ils ne soient plus cubiques.

               " dez plombez" avec ajout de matière.

               " dez vuidez" légèrement creusés...

                      La passion du jeu est tellement forte qu'elle se termine souvent par des altercations.L'Eglise lance l'anathème contre les joueurs de dés (à la fin du Moyen-Age, le dé est un instrument maléfique !) St Louit interdit même les écoles de dés. Rien n'y fit.

Quelques jeux :

On utilise un "berlenz" (table à rebords) et un "girestum" (gobelet à dés)

La raffle ou poulain : 3 dés. On ramasse tout en accumulant le plus de points possible ou en sortant une tierce.

La griesche : on en connaît très peu les règles.

Le hazart : 3 dés, 1 joueur contre 2 autres.

Le ludus regularis : jeu de clercs permettant 56 combinaisons pour s'élever dans la hiérarchie des 56 vertus. 

 

                          

Partager cet article
Repost0

commentaires

H
Merci Monique, je respecte ceux qui pronent l'Amour et la Paix entre les hommes
Répondre
M
Je me régale à venir sur ce site car j'apprend et je souhaite que d'autres apprennent alors je vais faire un lien sur ce site.
A bientôt
Monique
Répondre
L
:0038: salut honorius tu vas bien? amitié et félicitation pour ton blog
lionel
Répondre
C
Dis tu connais pas une martine et un christophe par hasard ?
Répondre
S
J'aime beaucoup le moyen âge.
Merci pour toutes ces lectures.Sosso
Répondre
F
merci Honorius
mais je suis inquiète surtout pour mon copain...
Tu ne peux pas savoir comme je l'aime et des discordes me laissent pantoises :'(
je suis démoralisée
ce soir je vais au lit,
pas de net
Je vais attendre mon chaton d'amour, je voudrais qu'il vienne me faire des bisoudoux je l'aime tant...
bonne soirée à toi et tes amis et merci.
Florence :0010: un baiser d'amitié
Répondre
W
J'aime les jeux de dès (depuis qu'on m'a initiée au 421!) encore quelques autres à mon répertoire. Merci du tuyau!
bises
Répondre
L
je comprends mieux ton fil d'hier soir.........

le premier jeu d'argent.....les hommes ont toujours besoin d'un enjeu pour se donner de l'excitation.............

bonne journée grand maitre
bisouilles

Répondre
F
encore un truc que je ne savais pas
Répondre
I
et le 421 !! et l'autre là, celui qui se joue avec 5 dés ! ils datent de quand alors !!
Répondre
L
très joli poéme et très bon texte
cher honorius
amitié
lionel
Répondre
M
ceux qui se prennent au jeu s'y perdront....
Répondre

Rechercher

♦♦♦