29 juillet 2005 5 29 /07 /juillet /2005 23:00

                                     

                                         Voici un autre personnage des Flambeaux de l'Allan, notre association du pays de Montbéliard, le terrible et sans pitié Dominicain Raymond de Montville. Toujours prêt à faire torturer et bûler les hérétiques ou les sorciers... Prenez garde qu'on ne vous dénonce à lui. Je ne sais pas pourquoi, mais je me méfie un peu de cet individu !

 

 

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2005 5 29 /07 /juillet /2005 23:00

                                      

                                          Voici un nouveau personnage de la Compagnie des Flambeaux de l'Allan. Killian, le terrible barbare Ecossais.  Et je vais tout de suite répondre à la question que se pose toutes les dames... Comme tout bon écossais qui se respecte, il ne porte rien sous son kilt. Mais là, il faudra me croire sur parole !   

 

     

                             

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2005 4 28 /07 /juillet /2005 23:00

 

                                         Voici une autre de nos charmantes Damoiselles, Emeline de la Roche Rouge, une guide passionnante de l'Office du tourisme et passionnée par l'histoire du Pays de Montbéliard. Toujours souriante et de service, elle est tombée amoureuse de notre Compagnie des flambeaux de l'Allan, pour notre plus grand plaisir...

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2005 4 28 /07 /juillet /2005 23:00

                                      

                                        Un nouveau personnage de la Compagnie médiévale des Flambeaux de l'Allan. Sarah la Noire, elle saura lire votre avenir dans les lignes de votre main... Mais attention à votre bourse ! 

 

 

 

 

                                       

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2005 3 27 /07 /juillet /2005 23:00

 

                             Les dés que les déciers ont fait

                         M'ont dépouillé de mes habits

                         Les dés m'occient

                         Les dés me guettent et m'épient

                         Cela m'accable.

                                                             Rutebeuf (XIIIe siècle)

                    Cet attrait des "geux de dez" a brisée la vie, la carrière ou délesté la fortune d'hommes illustres ou nobles. Il apparait que du soudard en campagne, jusqu'au plus grand seigneur, le jeu de dés a exercé au Moyen-Age une influence profonde. C'est un des jeux les plus anciens du monde, sûrement de racine orientale. Le dé médiéval (alea, decius, dez) est un peu différent du nôtre. Il ne comporte pas de chanfrein aux angles, donc il ne roule pas bien. En outre il est très petit (1 cm maximum) du fait de la matière utilisée (os, corne, bois, argile pour le gueux. Ivoire, argent, pierre, pâte de verre pour les riches). Le marquage des faces est identique au nôtre ( 2 faces opposées =7). Les dés étant difficile à fabriquer, chaque joueur possédait ses propres exemplaires. Le jeu se prête à nombre de tromperies du fait de la petitesse des pièces :

               " dez longuez" pour qu'ils ne soient plus cubiques.

               " dez plombez" avec ajout de matière.

               " dez vuidez" légèrement creusés...

                      La passion du jeu est tellement forte qu'elle se termine souvent par des altercations.L'Eglise lance l'anathème contre les joueurs de dés (à la fin du Moyen-Age, le dé est un instrument maléfique !) St Louit interdit même les écoles de dés. Rien n'y fit.

Quelques jeux :

On utilise un "berlenz" (table à rebords) et un "girestum" (gobelet à dés)

La raffle ou poulain : 3 dés. On ramasse tout en accumulant le plus de points possible ou en sortant une tierce.

La griesche : on en connaît très peu les règles.

Le hazart : 3 dés, 1 joueur contre 2 autres.

Le ludus regularis : jeu de clercs permettant 56 combinaisons pour s'élever dans la hiérarchie des 56 vertus. 

 

                          

Partager cet article

Repost0

Rechercher

♦♦♦