30 septembre 2005 5 30 /09 /septembre /2005 23:00

 

                                         Longtemps chanté par les troubadours du moyen-âge, l'Amour a toujours fait couler beaucoup d'encre à de nombreux poètes (et il continue à le faire !). Le vocabulaire du moyen-âge était très riche sur le sujet. Voici donc, comme promis, la suite de nos mots anciens...

 

Esnuer                                    dénuder

Fame                                       femme

Féminage                               féménité

Fornication                            péché de luxure

Gésir                                       coucher

Guerpir                                   quitter

Joliette                                    jolie

Lober                                       tromper

Mignotte                                 fille caressante

Nache                                     fesse (oui bon je sais !)

Paillard                                  débauché 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2005 1 26 /09 /septembre /2005 23:00

 

                                        Peu connue, c'est une des plus ancienne église de Franche Comté. Il existait à son emplacement une chapelle ou un oratoire dédié à Saint Martin de Tours au VIIe siècle. Elle doit son nom à l'évêque Desidérius (de Rennes ou de Rodez) chargé de lutter contre l'hérésie arienne des populations du Pays de Bade actuel. Au retour d'un pélerinage à Rome, il célébra entre 675 et 709 (la date n'est pas précise, mais les faits historiques) une messe à cette chapelle, mais des voleurs avaient vu les précieux vases utilisés pour la messe. Ils assassinèrent (près du proche village de Croix) pour les dépouiller l'évêque (en français devenu St Dizier) et son diacre Regnifirum (Reinfroid en français ! ) et blessèrent à la tête le serviteur Willibert (guérit miraculeusement par st Dizier juste avant de mourir). La chapelle prit le nom des deux martyrs, rapidement canonisés. Une église de style roman, consacrée en 1041 par Hugues de Salins, archevêque de Besançon, fut bâtie à l'emplacement de la chapelle. Remaniée de nombreuses fois depuis, elle a conservé de cette époque des anciens murs romans et le sarcophage de St Dizier... Reste aussi une légende et un ancien pélerinage, nous en reparlerons... Si vous passez dans notre belle région, ne manquez pas de lui rendre visite.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2005 6 24 /09 /septembre /2005 23:00

 

                                        D'où nous vient cet animal mythique et médiéval, est-ce une réminiscence de la Chimère grecque, monstre à la fois lion et serpent, à corps de chèvre et qui aurait été tué par le héros Bellerophon sur son cheval Pégase. Est-ce une vue de l'esprit ayant pour origine le rhinocéros vivant dans le mythique royaume du Prêtre Jean (qui se serait trouvé quelque part entre l'Inde et l'Ethiopie...) Toujours est-il qu'à cette époque médiévale, la croyance populaire affirmait que la Licorne était un superbe cheval blanc, possédant parfois une tête de cerf, tandis que ses pattes étaient celle d'une chèvre ou d'un bouc avec les sabots assortis (nombreux sont ceux affirmant l'avoir vue !).  La particularité essentielle de cet animal était la corne unique et torsadée qui ornait son front. On disait d'elle : " C'est le plus bel animal, le plus fier, le plus terrible et le plus doux de la terre..." Des auteurs médiévaux assurent également qu'elle était cruelle et redoutable et que personne ne pouvait la tuer, ni la capturer vivante, hormis une vierge pure, car la bête venait se réfugier dans son giron (entre ses jambes !) et s'endormait... Alors le chasseur, le Chevalier pouvait la tuer. Elle pouvait être féroce, on la représente combattant le lion, symbole de la force (aussi symbole alchimique). Sa corne était très recherchée (cadeau royal à Charlemagne par exemple !) en effet elle servait d'antidote aux poisons, elle était censée purifier l'eau, et réduite en poudre elle guérissait toutes les blessures... De nombreux guerriers partaient au combat avec un bout de Licorne dans leurs fontes, fragment acheté fort cher chez un homme de l'art, sorcier, aphoticaire... (salut à toi Honorius !)  Il faudra attendre le XVIII siècle pour qu'enfin on découvre que la fameuse corne n'était rien d'autre qu'une corne de Narval, aussi nommé Licorne de mer ! Reste une belle légende... Et qui sait peut être une réalité d'un autre monde, celui du petit peuple et des animaux légendaires, qui sont retournés de l'autre coté du miroir... Loin de notre monde incrédule...

 

Une des plus célèbres tapisseries de France : La Dame à la Licorne

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2005 5 23 /09 /septembre /2005 23:00

 

                                        Au début du XIIIe siècle c'est une cause miltaire : résultat de la transformation de l'équipement de guerre. Rendus méconnaissables par le haume et le haubert, les combattants vont se distinguer en adoptant des signes distinctifs sur leur bouclier. Le port des armoiries sera très en vogue aussi et surtout dans les tournois, véritables petites batailles où combattants à pied ou à cheval s'affrontent en mêlées inextricables. les premières armoiries datent de 1160 - 1200 par les chevaliers bannerets, puis par les simples chevaliers, les nobles et enfin les écuyers vers 1220 - 1260. C'est l'usage du sceau qui a contribué à la diffusion des armoiries dans toutes les couches sociales. Car contrairement à la croyance elles ne sont pas l'apanage des nobles (et oui vous pouvez avoir la votre !). Les armoiries roturières sont très nombreuses au XIVe siècle, les 2/5 em des armoiries recensées sont roturières (bourgeois, corps de métiers, villes...) A partir du XIVe siécle, l'usage des armoiries fait partie intégrante de la vie quotidienne (vêtements, monuments, objets d'art...) Et si on faisait un concours de la plus belle armoirie ?  

 

 

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2005 3 21 /09 /septembre /2005 23:00

 

                                        Voici la suite de la leçon sur les tisanes, le secret d'une bonne décoction. On utilise ce procédé pour la partie des plantes très dure (écorce, racine, tige...) Le dosage et le nombre de prises dépendront bien sur de la prescription de votre apothicaire ou de votre sorcière... préférée ! Il faut la veille, mettre trois pincées de la plante dans un demi-litre d'eau bouillante, maintenir à ébullition pendant 10 minutes, puis laisser refroidir et macérer toute la nuit. Le matin, on filtre, la tisane est prête ! La prochaine fois, maintenant que vous connaissez l'art de l'infusion (voir l'autre article sur les tisanes) et de la décoction, je vous donnerais prochainement la recette d'un vieux guérisseur qui soignait pratiquement tout avec ce secret. A bientôt... et bisous à vous tous.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Rechercher

♦♦♦