20 octobre 2005 4 20 /10 /octobre /2005 23:00

 

                                        Le château du Hohlandsbourg fut construit en 1279 par Siegfried de Gundolsheim (prévôt de Colmar) sur le sommet d'un montagne. Ce lieu qui domine la plaine d'Alsace est occupé par l'homme depuis l'âge du bronze. L'histoire de ce château est une suite de faits d'arme, incendié et détruit en 1281, il sera reconstruit et progressivement renforcé et agrandi du XIVe au XVIe siècle, pour être finalement abandonné et démantelé lors de la guerre de Trente Ans. Classé monument historique dès 1840, il bénéficie depuis une quinzaine d'années (grace à une formidable mobilisation de toute la région) d'un remarquable et important programme de restauration... Jardin médiéval, vue imprenable du haut des remparts, expositions ou animations temporaires, auberge... Une visite qui s'impose (et qui ne vous décevra pas !) lors d'une ballade en Alsace. Des nouvelles d'Honorius dans son fil et dans mon com.

 

http://medieval-moyen-age.net un beau fleuron du patrimoine médiéval d'Alsace

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2005 7 16 /10 /octobre /2005 23:00

 

                                        Le nombre 2 (sacré dans de nombreux peuples) est l'un des plus beaux symboles de la numérologie. Le but de cet article n'est pas de vous faire un cours magistral et complet sur le sujet, mais de vous faire comprendre la dualité de ce nombre. En numérologie chaque nombre représente plusieurs symboles qui serviront à l'interprétation. Le 2 c'est 1 + 1 (j'entend ricaner !), le 1 est masculin, le 2 est féminin ce qui peut expliquer la dualité (polarité opposée) qui s'applique à ce nombre... On dira de lui qu'il est le jour et la nuit, l'union ou la séparation, l'involution destructrice ou l'évolution créatrice, le Ying et le Yang, le sel ou la nitre (pour les alchimistes)... Celui qui possède le 2 dans son thème numérologique sera diplomate, sociable, équilibré, rassembleur, mais aussi utopiste, rêveur (attention à l'indécision !) et pour lui la rupture sera toujours possible avec le passé... On associe le 2 avec la planète Saturne, le noir et la marron ou Lilith... Pourquoi je vous parle de tout cela, uniquement pour poursuivre la chaîne d'Amitié qui consiste à faire un nouvel article avec la cinquième phrase de son 23 em article ! Pour moi : " 2 chevaliers", et cela tombe bien puisque l'on retrouve cette image (2 cavaliers sur un même cheval) sur le sceau des Templiers (symbole de pauvreté ?). Avouez que je me suis un peu creusé la tête pour cela ! Je passe le relais (si ce n'est fait) à :  Sire Petit Seb et  Civetta ...et c'est tout, les nombres veulent cela !

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2005 5 14 /10 /octobre /2005 23:00

     

                                        Le vocabulaire du moyen-age était très imagé, On y retrouve des mots savoureux souvent tombés dans l'oubli, d'autres où la définition a complètement changé de nos jours. Voici une petite séléction à découvrir ou à redécouvrir pour les anciens. Ce ne sont certes pas des termes à mettre dans toutes les oreilles...

.  Corne de bouc : juron

Ventre-Dieu : juron                     

.  Mordiable : juron                                        

.  Chapon maubec : poltron à langue de vipère

Chiabrena : chiure de m....

Coquebert : nigaud

Coureuse de remparts : prostituée

 Fot-en-cul : sodomite

Foimenteor : juda

Gouge : putain

. Grippeminaud : homme hypocrite

. Puterelle : jeune prostituée

. Sottard : couillon

. Truandaille : voyou

. Vuiceuse : vicieuse

 

 

                                     

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2005 4 13 /10 /octobre /2005 23:00

 

                                        Tout au long du Moyen-Age et de l'époque médiévale, l'Amour est resté un des thèmes favoris des troubadours, jongleurs,  poètes, écrivains et musiciens... Voici un poème du XIVe siècle dont l'auteur est hélas resté anonyme. Nana Mouskouri l'a mis en musique et chanté il y a de nombreuses années. On retrouvait également sur ce disque "Que sont mes amis devenus" de Ruteboeuf", un grand poète du XIIIe siècle (on en reparlera).  "Mon Amie la Rose" (visitez son blog c'est magnifique) m'a mise en relation avec Anjalain (troubadour de notre temps) qui m'a fait parvenir ce magnifique texte (merci à lui aussi). Je vous l'offre dans sa version d'origine (pas besoin de dictionnaire, pour comprendre ce merveilleux message d'Amour)... Et vous laisse savourer la délicatesse de ce superbe texte.

 

L'Amour de moy...

 

refrain

L'amour de moy s'y est enclose

Dedans un joli jardinet

Où croît la rose et le muguet

Et aussi fait la passerose

 

Ce jardin est bel et plaisant

Il est garni de toutes flours

On y prend son ébattement

Autant la nuit comme le jour

 

Refrain

 

Hélas ! Il n'est si douce chose

Que de ce doux rossignolet

Qui chante au soir, au matinet

Quand il est las, il se repose

 

Refrain

 

Je la vis l'autre jour, cueillir

La violette en un vert pré

La plus belle qu'oncques je vis

Et la plus plaisante à mon gré

 

Refrain

 

Je la regardai une pose

Elle était blanche comme lait

Et douce comme un agnelet

Et vermeillette comme rose

 

L'amour de moy s'y est enclose

Dedans un joli jardinet

Où croît la rose et le muguet

Et aussi fait la passerose.

 

Des roses... Tout simplement, pour notre Amie La Rose  

 

 

 

                                       

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2005 1 10 /10 /octobre /2005 23:00

 

                                        Notre association a participé sous un soleil radieux à la quatrième édition de la fête des saveurs de Vandoncourt, petit village du Doubs, rendu célèbre par son grand spectacle Sons et Lumières "La légende du pont sarrasin" (voir nos précédents articles). Dame Hermine et Dame Belette ont proposé aux très nombreux gourmands la dégustation de pains d'épices, gâteaux au miel et gingembre, cakes aux noix et cannelle... Au Moyen-Age, ces friandises aux épices (rares et chères à cette époque) étaient un mets de luxe pour les paysans, et réservées à la table des riches Seigneurs. Echaudés, nieules (ancêtres des bretzels), oublies et autres petits gâteaux étaient vendus dans les ruelles étroites ou sur le parvis des églises. A Vandoncourt, le "peuple" a pu se régaler des produits du terroir, gourmandises locales... et médiévales, mais pas Honorius (privé d'Internet et de douceurs )... Comme quoi notre époque a parfois du bon ! 

 

Photo Jean-luc Gillmé Est Républicain 10/10/05

 

Partager cet article
Repost0

Rechercher

♦♦♦