20 juillet 2006 4 20 /07 /juillet /2006 18:34

 

              Voici le dernier article du grand concours de Médiéval et Moyen-Âge, c’est Thomas qui nous le propose. Comme pour les autres articles, pas de commentaire possible (reste le livre d'Or ou le 6 em article pour cela) Si tout va bien les votes seront en place à partir de samedi soir… Merci à Louvre Passion pour la photo !
 
              La Sorbonne est une des plus anciennes universités d’Europe car fondée en 1150. Elle trouve son origine dans le Collège de la Sorbonne, crée en 1253 par Robert de Sorbon, chapelain et confesseur du roi Saint Louis. La fondation fut confirmée par ce dernier en 1257. En 1271 elle devint Faculté de philosophie et des arts. La théologie y était enseignée à vingt étudiants peu aisés. Etait pratiqué le « quodlibet » exercice consistant en une question générale posée aux étudiants, dont le but était de raisonner et d’aboutir à une conclusion pertinente. En 1280 Albert Le Grand posa la question suivante : «Cette proposition, l’homme est un animal, est-elle vraie, alors même qu’aucun homme n’existerait ? » C’est également à cette époque que vit le jour la sublime bibliothèque universitaire.
              Quand Paris devint un grande centre culturel et scientifique en Europe, la Sorbonne ne tarda pas à devenir une véritable autorité morale au coeur des plus grands évènements historiques : les docteurs de l’université jouèrent un rôle essentiel dans le Grand Schisme d’Occident entre 1378 et 1417, la crise pontificale qui toucha le catholicisme qui s’acheva avec le Concile de Constance, animé par le chancelier de l’université de Paris, Jean Gerson.  Pendant la Guerre de Cent Ans, la Sorbonne soutint les Anglais, le parti bourguignon et approuva l’exécution de Jeanne d’Arc en 1431.
              En 1469 y fut installée la première imprimerie de France à l’initiative de Louis XI et le prieur de la Sorbonne, Jean Heynlin. Au XVe siècle, la faculté fut souvent en grève (trois mois en 1443, six mois en 1444) pour défendre son exemption fiscale. Jusqu’en 1446 les étudiants dépendaient  de la Sorbonne en matière pénale. Charles VII la soumit à la juridiction du Parlement de Paris, ce qui suscita des émeutes étudiantes, dont celle du poète François Villon.
              La fondation du Collège de France en 1530 et l’apparition de la Compagnie de Jésus, ordre jésuite, vinrent concurrencer la Sorbonne avant l’embrasement des guerres de religion en France. En 1600 Henri IV démantela les privilèges de l’Université. Ce n’est qu’avec le Cardinal de Richelieu, élève en 1606-1607 puis proviseur de la Sorbonne en 1622 que celle-ci recouvra son éclat : rénovation des bâtiments dotés d’une chapelle qui renfermera plus tard son tombeau et un orgue de Dallery. La faculté se soumit à Louis XIV, après quelques velléités d’indépendance sous la Fronde et condamna les idées de Descartes puis celle des Philosophes du Siècle des Lumières au XVIIIe siècle.
              Sous la Révolution Française les bâtiments furent fermés aux étudiants en 1791 et sa communauté dissoute avec les universités de Paris et de province en conséquence de la loi Le Chapelier supprimant les corporations. Ce n’est qu’en 1806 que la Sorbonne fut rétablie comme institution laïque et publique. Le Duc de Richelieu, premier ministre de Louis XVIII, fit construire un amphithéâtre de 1200 places. Des professeurs prestigieux comme Victor Cousin et François Guizot y dispensèrent leur enseignement, les cours étaient réorganisés autour des universités de Lettres, de Sciences et de Théologie. Ce fut en 1881 que Jules ferry fit de la Sorbonne un bâtiment unique.
.
La sorbonne, une Université qui remonte au Moyen-Âge. http://louvre-passion.over-blog.com
.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Thomas - dans Patrimoine
commenter cet article

commentaires

Rechercher

♦♦♦