Samedi 22 mars 2008 6 22 /03 /Mars /2008 21:34

 

     Aujourd’hui il me prend l’envie de vous présenter quelques unes de nos  amies les plus proches à nous autres Chevaliers : nos Epées. Cela peut vous paraître étrange que l’on parle de ces armes, pourtant, de tous temps elles furent la digne moitié des combattants à tel point que l’on les nommait, comme du temps de l’Egypte ancienne l’on nommait un mal afin de mieux le combattre. Certaines dit-on furent même baptisées, car elles avaient une Ame…

 

     Qui ne connaît la célèbre Durendal appartenant à Roland, mort à Roncevaux. L’on raconte qu’à sa dernière heure, le Paladin souhaitant  que sa fidèle épée ne soit prise par l’ennemi, tenta de la briser contre un rocher (brèche de Roland) mais que l’Archange  Michel la sauva et la planta à Rocamadour au dessus de la chapelle Notre Dame où elle se trouve encore.

 

     Certains connaissent Dard, l’épée de Bilbo (Bilbon) le Hobbit forgée par les Elfes et ayant le pouvoir de luire lorsqu’un méchant Orc est dans les parages.

 

     La plus célèbre des épées est sans doute Excalibur, l’arme du Roi Arthur. D’où vient elle ? D’un rocher où elle serait fichée, ou de la main d’une Fée au sein d’un lac ? A la fin de l’épopée, avant de mourir le Roi souhaite faire disparaître son épée et la fait jeter dans un étang où la Fée la récupère.

 

     Que savez vous de Joyeuse, l’arme de Charlemagne contenant un morceau de la Sainte Lance, celle dont l’éclat effrayait l’Ennemi et qui avait le pouvoir d’empêcher que son possesseur soit empoisonné.

 

     L’Ebréchée est la lame qui sacre les Rois de Pologne.

 

     Le Chevalier Castillan Rodrigo Diaz de Vivar dit le Cid (Sidi – Seigneur) possédait la très belle et très crainte Tizona, il est même enterré avec elle.

 

     Et maintenant voici venir notre héroïne nationale Jeanne la Pucelle et son Epée de Jeanne. Etait elle vraiment celle de Charles Martel ? Elle aurait été trouvée enterrée derrière l’autel de la chapelle Sainte Catherine de Fierbois, chapelle construite sur les ordres de Charles et réclamée par Jeanne la décrivant très précisément…

 

     L’on dit que le Prophète Mahomet possédait neuf épées, la plus connue étant La Batailleuse (Al Battar), l’épée des prophètes ornée par les noms de David, Salomon, Moïse, Aaron, Joshua, Zacharie, Jean, Jésus, Mahomet. Elle aurait été l’arme de Goliath et se trouve actuellement au musée Topkapi d’Istanbul.

 

     Vae Victis (malheur aux vaincus), cela ne vous rappelle rien ? Le chef gaulois Brennus jetant son épée et son baudrier sur le plateau de la balance pesant l’or que les Romains devaient payer à nos fiers Ancêtres.

 

     Il y en a encore et encore : Ascalon : Saint Georges, Courtoise : Guillaume Taillefer Comte d’Angoulême, Flamberge : Renaud de Montauban, Glorieuse : Olivier compagnon de Roland, enfin l’épée De William Wallace, Claymore exposée à Stirling dans le monument du Héros Ecossais.

 

     Vous voyez que l’on peut trouver tout, au sein d’une arme pour le moins dangereuse, et nous savons de quoi nous parlons, nous autres Templiers ayant souvent prié devant une épée plantée en terre telle une croix, nous servant d’elle comme une arme la minute d’après…

 

Sources : Le Robert, Universalis, Wikipeda, la Chanson de Roland, Les Chevaliers de la Table Ronde, Bilbon le Hobbit, Château Celtes et Chimères

.


.
Ecrire un commentaire - Voir les 80 commentaires
Retour à l'accueil

Rechercher

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés